AMAP Produits laitiers de vache

Commentaires fermés sur AMAP Produits Laitiers

AMAP Produits Laitiers


29.03
2021

L’année 2020 aux Prés d’Artemare

Cette année, comme beaucoup d’années agricoles, a été marquée par son climat contrasté. Nous ressentons avec inquiétude les effets du changement climatique, de façon plus intense chaque année.
L’hiver particulièrement pluvieux a inondé notre cour (et même nos caves !) et a obligé nos vaches à rester à l’abri jusqu’en mars.Le beau temps est arrivé soudainement (rappelez vous le début du confinement…) et est resté sec ce qui a permis aux vaches de sortir (il faut les voir galoper vers les verts pâturages !) mais a asséché trop rapidement les sols détrempés qui se sont retractés et sont devenus très difficiles à travailler.

Nos céréales ont beaucoup souffert de cette humidité hivernale et de ce printemps sec qui a suivi : nous avons eu une récolte historiquement faible (à l’échelle de notre ferme en tout cas) en 2020. Nous avons du acheter des céréales à un collègue pour nos animaux.
Le lin semé en avril, n’a presque pas eu de pluie avant juin, nous avons cru que nous ne pourrions même pas le récolter tellement il était court. Il servira sûrement à faire de la corde (bio !) mais pas de beaux habits*. Cette très mauvaise récolte généralisée en France (le lin fibre est cultivé en Haute-Normandie, les Hauts de France et le nord de la région parisienne) va néanmoins permettre de réguler le marché du lin : l’arrêt du commerce de vêtements, dû aux divers confinements mondiaux, a mis à l’arrêt la vente du lin pendant de longues semaines. Les liniculteurs n’ont pas pu vendre leur récolte 2019 en 2020, elle devrait l’être en 2021. Mais nous aurons perdu un an de revenu de lin.

Chez nous (Pays de Caux), les terres sont très bonnes et résistent assez longtemps au manque d’eau ce qui a permis une bonne pousse de l’herbe au printemps et donc une bonne alimentation pour nos animaux. Nous nous sommes ensuite vite inquiété, dès le mois de mai, le temps restant sec et frais. Nous avons donné un complément à nos vaches laitières dès juillet.
Les récoltes d’herbe et de luzerne qui constituent notre stock fourrager pour l’hiver ont été beaucoup plus faibles que d’habitude (malgré un très beau foin de luzerne qui sent si bon, c’est rare en Normandie d’avoir tant de temps pour faire du foin !) : foin, foin de luzerne, enrubannage et ensilage. Comme pour les céréales, nous avons acheter du foin à une collègue. Mais nous n’avons pu en trouver assez (le foin bio est une denrée aussi rare et chère que le beurre bio !) , nos pauvres génisses de plus de 1 an devront cette année se contenter de paille à la place du foin. Celui-ci est réservée aux petites génisses
de moins de 1 an.

Nous avons dû vendre quelques vaches pour adapter la taille du troupeau à notre stock de fourrage, nous avons donc un peu moins de lait à transformer et à vendre cette année.
Les pluies d’automne ont été bienvenues et nous ont permis de prolonger la saison de pâture. Les vaches et les génisses ne sont rentrées en bâtiment qu’autour du 1er décembre, novembre ayant été idéalement sec et doux pour que les sabots des vaches ne labourent pas les prés et que l’herbe pousse encore doucement. Maintenant que les premières gelées sont arrivées, tout le monde est à l’abri et les prairies se reposent pour reverdir de plus belle dès février prochain.
Le confinement de mars nous a assez légèrement impacté car nous ne faisons qu’un marché à l’extérieur et la suppression de celui-ci a été quasiment remplacé par l’augmentation de nos ventes à la ferme. Nos employés sont venues travailler en mars et avril sans se poser de questions et nous avons eu la chance que personne ne soit malade.
Comme beaucoup de français, notre année 2020 aura été assez difficile et nous manquons de trésorerie pour faire face à l’hiver. Mais notre ferme a de l’ancienneté et a les reins solides, nous ne sommes pas trop inquiets pour la suite. Nous croyons à l’avenir de l’agriculture bio et nous avons encore plein de projets !
En ce qui concerne la fromagerie, pas de nouveautés cette année, il y en avait assez de choses à gérer sur la ferme ! Cependant vous remarquerez que les tarifs 2021 ont légèrement augmenté (environ 5 %) pour toutes les raisons décrites précédemment.
Nous avons toujours 4 employés, plus la participation active de nos parents, nous sommes 9 à vivre autour de la ferme, presque une collectivité !